Origines simulées

Ces photo-montages ont été réalisés à partir de tranches de simulations numériques tridimensionnelles, dites cosmologiques. Les simulations cosmologiques ont pour but de reproduire des univers qui ressemblent à notre univers moderne : ses objets, ses structures, ou encore leur dynamique ; à partir d'un présupposé initial que l'on fait évoluer en fonction d'un grand nombre de lois, équations, paradigmes et paramètres qui constituent le modèle cosmologique. Ces simulations permettent ainsi de tester la validité de notre cosmogonie, c'est-à-dire notre histoire de l'Univers. La tranche présentée (il s'agit deux fois de la même tranche avec un zoom différent) s'étale sur des distances de trois milliards d'années lumière, c'est-à-dire trente mille milliards de milliards de kilomètres. Les zones bleues sont les moins denses, celles qui abritent le moins de galaxies. Les zones rouges correspondent à des clusters où se trouvent des milliers de galaxies qui sont liées par une structure filamentaire que l'on appelle couramment la toile cosmique, en référence aux toiles d'araignées. Il s'agit d'un univers fictif qui ressemble globalement au notre mais n'est néanmoins pas le notre.

La peinture de Gustave Courbet, L'Origine du monde (1886), ainsi qu'un schéma de vulve datant du Moyen-Age, ont été incrustées dans ces petits bouts de cosmos

Origine simulée, 2018, simulation cosmologique réalisée par Aurélien Valade, doctorant en Astrophysique, Thessaloniki (Grèce).
Origine simulée, 2018, simulation cosmologique réalisée par Aurélien Valade, doctorant en Astrophysique, Thessaloniki (Grèce).

Les différentes représentations de l'origine du monde, à l'image des simulations cosmologiques, sont des re-présentations fictionnelles - ou simulations imagées - qui disent quelque chose de notre imaginaire collectif sur ce qu'est l'origine du monde.

Parallèlement, L'origine du monde de Courbet et les simulations cosmologiques relèvent d'une volonté d'inspecter minutieusement et presque matérialistiquement les détails de notre cosmos et... d'une vulve. Le zoom de la simulation cosmologique correspond alors au zoom d'un schéma d'une vulve au Moyen-Age.

De l'autre côté, L'Origine de la guerre, de l'artiste ORLAN, pendant féministe à l'oeuvre de Courbet, reprend fidèlement l'oeuvre de ce dernier tout en y incrustant un corps doté d'un pénis en érection.
Cette photographie de pénis apparait alors comme le trasvetissement de la peinture de Gustave Courbet. Un glissement s'opère : aux antipodes de l'origine du monde, le sexe masculin devient le symbole d'un imaginaire viriliste et guerrier.

Coline Rousteau